Réseau routier tchadien Interconnecter et désenclaver

2013-02-14 20:02:18, par Alnahda Journal

"Je vais transformer le Tchad en un vaste chantier", avait promis le candidat IDRISS DEBY ITNO pendant la dernière campagne électorale

 

Réélu en 2011 pour un mandat de cinq ans, le Président IDRISS DEBY ITNO tient  sa promesse. Le Tchad est effectivement en plein chantier,  joignant ainsi l'acte à la parole. Il décide de mettre son nouveau quinquennat au service de l'essor économique de son pays.
 Ce faisant, il met résolument notre pays sur la rampe de lancement de l'émergence et de la renaissance dont le coup d'envoi a été donné en 2010 à l'occasion du vingtième anniversaire de la  Journée de la Démocratie et de la Liberté à Ati.
Dans cette stratégie, les routes constituent un facteur essentiel pour le développement d'un vaste pays, comme le nôtre, de surcroît, dépourvu de littoral. Le Chef de l'Etat tchadien s'est donc  fixé pour objectif de réaliser 6 000 kilomètres de routes bitumées prioritaires pour favoriser les échanges nationaux et sous-régionaux.
Un vaste programme d'investissement, d'équipements divers et d'infrastructures socioéconomiques qui vont se traduire par l'amélioration conséquente des conditions de vie des populations. Les enjeux d'une telle réalisation sont à la fois d'ordre géopolitiques, économiques, commerciaux et stratégiques.
Depuis 2012, il est loisible de constater l'ouverture de nombreux chantiers majeurs pour le développement socioéconomique national.
Avec  la série de lancement des travaux de bitumage des routes auxquels l'on assiste depuis ces derniers jours, le Chef de l'Etat tchadien affiche clairement son ambition de faire du Tchad un carrefour routier de la sous-région Afrique Centrale et du contient africain. Telle était, du reste, sa vocation naturelle, de part sa position géographique et  géopolitique.
 En outre, les routes vont contribuer au renforcement du désenclavement intérieur et extérieur du Tchad. Elles s'intègrent parfaitement dans la stratégie du gouvernement d'ouvrir notre pays sur l'extérieur.
De fait, les routes nationales prioritaires en cours de réalisation font partie des routes transafricaines tracées par l'Union Africaine en vue de désenclaver le continent africain d'Alger au Cap et de Dakar à Djibouti.

1-Les axes routiers Abéché-Adré-Frontièrer Soudan; Abéché-Biltine-Am djarass- Frontière Soudan
Le 20 décembre 2012, à l'occasion du vingt-deuxième anniversaire de la Journée de la démocratie et de la Liberté, le Chef de l'Etat a procédé à Biltine, au lancement officiel des travaux de construction de deux importants axes routiers: Abéché-Adré-Frontière Soudan; Abéché-Biltine-Amdjarass-Frontière Soudan.

2-L'axe Massakori-frontière Niger
Le mercredi 6 février 2013, le Président IDRISS DEBY ITNO à Massakori,  à procédé au lancement des travaux de bitumage de plusieurs axes dans les régions de Hadjer Lamis, Barh El Ghazal et du Kanem. Il s'agit de l'axe Massakori-ngouri-Bol- Baga Sola-frontière Niger; le tronçon Ngouri-Maoi et la route Massakori-Moussoro
La route Massakori-Ngouri-Bol; Bol-Baga Sola- Niger vise la facilitation des transports entre N'djamena et Niamey. Elle donnera à notre pays un accès sur l'Afrique de l'Ouest et lui offrira, en plus de ces échanges et le renforcement des brassages déjà existants entre les peuples frères de ces de cette sous-région, l'opportunité de se raccorder sur le port maritime de Lomé au Togo et de Cotonou au Bénin, ainsi qu'à ceux situés au Nord de l'Afrique. C'est pour assurer nos importations et nos exportations.
D'autre part, sur le plan interne, tous les tronçons concernés permettront d'améliorer, à coup sûr, lesconditions de transport terrestres entre les localités traversées du Kanem, du Lac, du Barh El Gazel et permettront l'évacuation, vers la capitale et les autres villes, des produits de l'agriculture, de l'élevage et du commerce dans ces contrées.
Enfin, la route Massakori-Bol-Rig-Rig Frontière Niger, long de 446 km, est une section du segment tchadien de la route transsaharienne dont l'objectif est de restaurer les liens séculaires entretenus par les peuples disséminés sur le vaste espace de désert du Sahara.

3-Le pont sur le fleuve Chari à Héllibongo;  les axes Sarh-Kyabé-Amtiman; Sarh- Maro-Frontière RCA; Sarh-Koumra; Koumra-Moïssala  et Guéré Mogo- Guelendeng
Le vendredi 1er février 2013, le Président Idriss Deby Itno a procédé à la coupure du ruban marquant l'inauguration du pont de Hellibongo, situé sur le rive droite du fleuve Chari, à une dizaine de kilomètres de Sarh. Ce pont, long de 246 mètre, relie désormais la ville de Sarh avec les autres villes de l'Est du pays jadis enclavées et inaccessibles.

4-L'axe Koumra-Moissala
Dans la foulée, le Chef de l'Etat a aussi procédé au lancement des travaux de construction des routes Sarh-Kyabé-Am Timan; Sarh-Maro-Frontière RCA; Guéré-Mogo-Guelendend avant de se rendre à Koumra, dans le Mandoul pour inaugurer l'aéroport du chef-lieu de cette région et procéder au lancement des travaux de bitumage de l'axe Koumra-Moïssala, long de 75 kilomètres. Le bitumage de cet axe permettra au Département du Barh Sara de sortir de son isolement.

5- La route Kélo-Pala-Léré-Frontière Cameroun ainsi que les bretelles Léré-Gonou Gaya et Moursalé-Baoré
Long de 286 kilomètres, y compris les bretelles, cet important axe routier va permettre de désenclaver à la fois le Mayo-Kebbi-Ouest et le Mayo-Kebbi -Est.
En outre, L'axe Kélo-Pala-Léré-Frontière Cameroun, de par l'importance de son trafic et de son ouverture vers le Cameroun, facilitera le déplacement dans la zone de production et l'écoulement des produits vers le port de Douala.
ATAKLO MADJI

Haut de page